Une approche linguistique vers l’égalité des genres/sexes grâce à la traduction féministe et l’exercice de réécriture : Le désert mauve de Nicole Brossard

Sarah Théberge

Résumé


La traduction littéraire représente beaucoup plus que le transfert linguistique d’un mot à un autre. Dans les années 1960 et 1970, au cours de la seconde vague de féminisme, au Québec et au Canada, la traduction devint un outil de revendication pour les traductrices féministes, grandement inspirées par la théorie de la différance et du déconstructionnisme de Jacques Derrida. Nicole Brossard est considérée comme une pionnière de la traduction féministe. Le désert mauve, son roman le plus connu, met en scène un exercice de traduction intralinguale effectué par une traductrice fictive. Cet exercice de réécriture agira en tant que stratégie féministe et traductologique, au même titre que les stratégies féministes de traduction interlinguale, afin de démontrer l’aspect « organique » de certaines expériences exclusivement féminines mises en lumière par les protagonistes du récit.


Mots-clés


réécriture; traduction féministe; stratégies de traduction; traduction intralinguale; déconstructionnisme

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




Creative Commons License
Cette oeuvre est protégée sous licence CC Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 Licence Internationale.


ISSN : 2371-0497

Licence Creative Commons
ScriptUM: la revue de Colloque VocUM est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.