Le discours direct : porte d’entrée des anglicismes dans La Presse?

  • Cécile Planchon Université d'Ottawa
Mots-clés: anglicisme, presse écrite, discours rapporté, fréquence relative, Québec

Résumé

Cet article se propose d’étudier la question des anglicismes dans les articles de presse traditionnelle québécoise, en s’intéressant tout particulièrement à l’influence du discours direct sur l’anglicisation de la presse écrite. Basés sur un corpus regroupant une année entière de publications (plus de 30 000 articles) du quotidien La Presse, les résultats montrent que les citations (discours direct) ne représentent qu’environ 15 % du nombre total de mots, mais qu’elles sont la source de 9 fois plus d’anglicismes que dans les passages rédigés par les journalistes. En calculant la fréquence relative des emprunts lexicaux, c’est-à-dire en comparant leur utilisation à celle de leurs équivalents français, il s’avère que ces derniers sont soit sémantiquement trop larges soit trop faibles, voire inexacts, du point de vue connotatif. Ces données laissent donc à penser que la présence d’anglicismes dans le français écrit est très majoritairement due au français oral, qui est de fait plus perméable et servirait ainsi de moyen de pénétration de l’anglais dans la langue française.

Biographie de l'auteur

Cécile Planchon, Université d'Ottawa
Doctorante et professeure à temps partiel Ecole de Traduction et d'Interprétation
Publiée
2016-05-31
Rubrique
Articles